« Demineurs de Kathryn Bigelow avec Jeremy Renner | Accueil | Pandorum de Christian Alvart avec Dennis Quaid et Ben Foster »

05 octobre 2009

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Olivier André

Quelles surprise et consternation en lisant cette critique de ne pas retrouver la pièce que je viens de voir. Pourtant les noms sont bien les mêmes: où est l'erreur?

J'ai beaucoup aimé le Dom Juan de Cyril Le Grix: un Dom Juan rajeuni (paradoxalement!), une version épurée qui parait retranscrire plus fidèlement le projet initial de Molière. Version qui aurait eu encore plus de difficulté avec l'Autorité à son époque. Mais les temps ont-ils changé? On peut se le demander à lire certains éléments de la critique qui paraissent oublier l'essence-même de la pièce.
Oui, Dom Juan est d'abord une tragédie si on veut l'épurer. Cette version n'est pas "une version light" comme suggéré par la critique, elle est dense et difficile. Le jeu des acteurs va dans ce sens et il est à la hauteur. Les attaques contre Jean-Pierre Bernard et Catherine Jarrett paraissent déplacées et même insultantes (ce qui n'est peut être pas l'intention de leur auteur).

Jean-Pierre Bernard n'est pas jeune. Est ce une une tare en cette société de paillettes et de conformisme? Il déploie un jeu plein d'une énergie stupéfiante, d'une grande justesse et constance, dans son personnage de grand seigneur rebelle aux normes religieuses de l'époque et à l'éthique.
Et s'il semble peu témoigner de cette ambiguité apparemment souhaitée par O. Pradel, excepté cet instant où il laisse affleurer l'inquiétude de sa fin (juste avant la scène du cauchemar, quand il arpente lentement la scène au moment de s'allonger), c''est simplement qu'il est fidèle au texte, fidèle au personnage: celui d'un révolté que le "désespoir métaphysique" obsède.
Catherine Jarrett . Sa présence, son aura m'ont profondément ému. Elle incarne véritablement le ravage que commet la trahison sur un être sensible, ce déchirement de l'âme entre orgueil et sentiment bafoué, cette colère "rentrée" . Mieux, elle incarne l'amour-même et se place ainsi d'emblée dans le cadre d'une tragédie, ce qu'exprime pleinement son jeu intense de toutes les secondes : vibrante passionnée, dans le dépassement , le don absolu de soi. Et si elle est "précieuse", c'est au sens premier du terme, sans l'ombre d'une pose, au contraire c'est sa simplicité et son intériorité qui émeuvent, elle avance sur un fil tendu, affichant le prix inhumain de la trahison perpétuelle de Dom Juan; le "ridicule" ne pouvant être imputé qu'à l'excès dévastateur de l'Amour renié. Elvire ou le triomphe de l'Amour avec une Majuscule. Peut-être avec "sa moue" O. Pradel voulait-il simplement parler d'a-mou-r?

Retombant hier sur le site internet où j'avais pris mes billets (Billetreduc), j'ai d'ailleurs retrouvé cette même forte impression dans les critiques des spectateurs. Je ne comprends simplement pas ce commentaire auquel je ne vois pas de fondement.

La mise en scène met en valeur un rôle élargi pour Sganarelle (Alexandre Mousset), lui permettant de composer un personnage plus étoffé malgré sa flagrante inconstance née de ses tiraillements entre son être social et sa conscience qui s'affiche d'ailleurs comme étant celle oubliée de Dom Juan. La pièce frappe par la puissance et la modernité du message ainsi délivré.
Généreux dans leur performance, tour à tour coquins graves désespérés primesautiers charmants (Charlotte, Gusman, le Pauvre, le Père), les autres acteurs contribuent pleinement à l'unité de la pièce que tous emportent dans un tourbillon effréné à l'image de la vie-même, une mise en scène novatrice qui engendre un spectacle captivant .
Et l'impression perdure, portée par la voix envoûtante de Laurent Terzieff.

giao

Olivier, je vous remercie pour votre défense circonstanciée de la version de Cyril le Grix, toutes les sensibilités sont dans la nature.
Je ne prendrai pas néanmoins le risque de retourner la voir pour confirmer ma première impression car ce que j'apprécie chez Molière c'est la danse des mots et la verve rehaussée par une mise en scène flamboyante.
A ce titre, j'ai adoré la version de la pièce Les Femmes Savantes par Les Compagnons de la Chimère d'Arnaud Denis avec un Jean-Laurent Cochet au sommet de sa forme dans le rôle d'une femme !

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Pour voir le widget Aiderdonner, vous devez installer le plugin Flash :

Télécharger le plugin Flash

Vous pouvez aussi accéder directement à la page de collecte

Ma Photo

Blog express

  • Je peux vous renseigner ?

  • www.flickr.com
    This is a Flickr badge showing public photos from pmgduong. Make your own badge here.

Paroles

  • "La rue et l'illégalité sont de bons raccourcis pour entrer dans les galeries quand on n'est pas un génie" Nasty
  • "Parler c'est mentir aux autres, penser c'est se mentir à soi-même" Pierre Faucher
  • "Avant, ma mère ne comprenait pas ce que je faisais maintenant je ne comprends plus ce que je fais" Nicolas Guillaume
  • "la cuisine c'est comme on aime et les femmes aussi...on mange avec les yeux avant de manger avec la bouche" Bonne Etoile
  • "Les cons c'est comme les bactéries, faut des conditions idéales pour que ça se développe." Mzelle Carla
  • "Quand t'as une femme ça te fait chier, quand t'en as pas ça te fait encore plus chier" Simon Lhermite
  • "pfff les nanas, c'est pas facile ...on passe son temps à se poser des questions, on a des appréhensions ...il faut passer outre, essayer de convaincre ... c'est dur ça !" Eric Sou
  • "On ne tombe pas amoureux, on le devient" Sandra Parker
  • Esch t'et yede morien a dolle ouf. Tous les jours un imbécile se lève. Joseph Weiss
  • "Il n'y a pas d'Amour, il n'y a que des preuves d'Amour." Jean Cocteau
  • "Je suis très doué pour les langues, mais cela se limite au français" Nicolas Guillaume
  • "Tu veux ta photo avec moi ? c'est 7$ avec mon polaroid et 2$ avec ta caméra !" Spiderman, sur Times Square
  • "Donne pas ton bagel aux pigeons, les pigeons c'est des connards !" Alix
  • "Parler c'est mentir. Réfléchir c'est mentir à l'autre" Pierre Faucher
  • "Les hommes sont prêts à tout pour faire l'amour, y compris aimer. Les femmes sont prêtes à tout pour être aimées, y compris faire l'amour" Boris, Philosophe
  • "Si l'on ne se voit pas souvent, c'est que ma tête est malade, pas mon coeur" Jean-Patrice Balhoo
  • "Tu manges pas tes trottoirs ?" Sylvie
  • "La recette du succes avec les filles, c'est du style et de l'assurance." Arnaud
  • "Ma copine c'est comme mon chien : il ne faut pas en dire du mal" lorenzo
  • "La vie est plus simple quand on a de l'argent" Fadila
  • "Arrivé à un age, ce que nous on trouve culte, d'autres le trouvent con" Eve
Blog powered by Typepad
Membre depuis 04/2006

Vous devez installer le Plugin Flash :

Download Flash Plugin

Vous pouvez aussi accéder directement à la page de collecte

Sur le frigo

janvier 2018

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        

Pages